Dans un riposta Cineforum – "La Matrice" ("Matrix") Andy di Lana e Wachowitz

Tout d'abord, Je suis désolé, je n'y étais pas, car il est un de mes film Favoris. Déjà, certains temps je l'ai écrit il ya quelque chose à ce film (La Matrice) bien que je ne sais pas tout cinéphile que Pier. Ceci parce que Matrice Il me frappe. Je me souviens quand je suis sorti cinéma, SI insinuò en moi, pour quelques jours, l'étrange sentiment d'avoir trouvé une partie de moi et mon pensées projetée sur l'écran (Il était probablement aussi en raison du type de lecture que je reporté de la première jeunesse). En tout état de cas, en ce que circonstance, Je suis fasciné et attiré par la comparaison la réalité /illusion - connaissance/l'ignorance - la liberté / l'esclavage. En outre, il a été placé sur l'écran, dans un simple et symbolique, la centralité du sentiment religieux et l'émergence d'une chemin esprit qui a fait des sillons et des murs floues et vagues suivies par les hommes depuis des millénaires histoire de religions. Le syncrétisme religieux avait percé mon cœur. Je pensais que le film, in linea con altre opere e con gli insegnamenti di alcuni maîtres indiani contemporanei, sortir d'un sens eschatologique commune à tous religions et disciplines spirituelles.
Aujourd'hui sans doute, Je vais me concentrer sur d'autres aspects. Tout d'abord, Je voudrais mieux comprendre les mécanismes et les tromperies de l'obscurité esprit et le cœur. Nous sommes sûrs que nous nous heurtons à un monstre qui est en dehors de nous et pas à l'intérieur? L 'illusion il était seulement en monde extérieur? Quelles sont les limites de notre auto-observation? Combien d'entre nous, derrière l'écran, Ils sentent qu'ils font partie de la rencontre de ceux qui prennent la pilule rouge? Mais nous sommes vraiment?
Nous croyons Appuyée des biens matériels, mais nous ne sommes pas disposés à quitter le confort, le confort et l'aspect fonctionnel des objets qu'ils apportent avec eux. Dans d'autres circonstances, nous sommes prêts à "de lourds fardeaux lient les imposer sur les épaules des hommes, puis veulent pas qu'ils se déplacent avec notre propre force, même avec un doigt". Notre projection positive se place quand nous nous immergeons dans les lettres et dans les cinéma, lorsque nous nous considérons comme faisant partie d'un abandon de l'humanité, supérieure et de vivre immergé dans spiritualité. Mais il est trop facile de devenir absorbé dans la fiction ou des films qui nous emmènent sur la scène et nous font imaginer littéraire être ce que nous voulons être. En ce sens,, livres est cinéma peut renforcer notre propre projection illusoire: nous consoler, mais aussi nous payons le prix pour ceux qui ne nous sentons pas.
Ensuite, je voudrais commencer à enquêter sur leur propre dans de petits méandres de notre psyché. Malheureusement, à partir de là, il se pose d'énormes problèmes: quelle est notre capacité d'auto-valutarci, à construire des représentations de monde autour de nous, notre moi intérieur et d'autres qui sont conformes (en union) avec notre façon de penser, con le nostre emozioni e con il nostro acte?

Deuxième aspect: nous sommes un "tout un". Je l'écris attaqué, bien que grammaticalement incorrect, juste pour mettre en évidence la non-séparation. Je pense que nous devrions cesser de dire que vous êtes conceptuelle, tu sei matérialiste, vous êtes émotif ... .Nous sommes tout cela: émotion, intellect, cœur, instinctualité, question, âme. Nous essayons de rendre nos harmoniques multiples au lieu de segmentarci, schematizzarci condamné à mourir une partie de nous pour le bénéfice d'un autre.

Une autre problématique est l'interdépendance de toutes choses, sans exclusion. Nous que nous faisons partie du système monde-illusoire, Nous pouvons aller et venir comme nous voulons à travers un stand de téléphone futuriste? Nous pouvons voir le système depuis l'extérieur? Cela revient à dire "nous avons la puissance d'observer objectivement?"Ma réponse – à ce jour – est que nous ne pouvons pas: nous faisons partie de ce macrocosme et nous ne pouvons pas faire sans voir la monde et d'autres déformées et filtrés par une lentille qui est notre vue partielle. Dit cela, Il est à l'effondrement de la distinction entre la réalité /illusion - connaissance/l'ignorance - la liberté / l'esclavage. Nous sommes tous les esclaves libres, nous sommes tous ignorants-sage, nous sommes tous plongés dans un monde Réalité-illusion. Alors que les processus d'enquête d'une importance vitale et totalisante, d'un vie passer à chercher la Vérité est un autre illusion?
Cela dépend. Il confondiamo le doigt pointé vers la lune avec la lune elle-même Je pense que nous perdons inévitablement. Mais si, Contrairement à, Il ne sera jamais la réalité que nous devons changer autour, mais seulement la façon dont nous interprétons et nous représentons la, alors nous pourrions tracer le doigt pour observer la lune. Dans une révolution copernicienne recherche, Il est pas ce que nous voulons changer cela doit changer, mais simplement la façon dont nous voir les choses. Je ne peux pas dire mieux que cela paroles une ancienne maestro Zen:

La Matrice II ultima modifica: Monday,11 Mars 17:10, 2013 la nabladue
Part!










Soumettre
Plus Partager boutons
Partager sur Pinterest
Il n'y a aucune image.